Nos activités en 2022

Chers adhérents et alliés,
Outre les conférences et sorties à l’initiative du Géoparc, que nous relayerons auprès de vous(*), voici donc les propositions pour le programme 2021 qui évoluera en temps réel au cours de l'année.

Un code-couleur en marge de chaque activité vous permet d'appréhender son statut d'un coup d’œil, selon la convention suivante :


(*) Manifestations repérées par ce pictogramme :


CONFÉRENCES





Nous continuerons à vous tenir informés en 2022 du cycle de conférences qui se déroulent au Centre Universitaire Maurice Faure, en particulier concernant l'histoire de la Vie.

 

Lieu : Centre Universitaire Maurice Faure – Salle de conférences
273 Avenue Henri Martin - Cahors

Gratuit pour les adhérents UPTC. Pour les non adhérents, 5€ par séance.



SORTIES




mercredi 23 février à Crégols : L’igue de Crégols, tous les sens en éveil - Balade nature.

Parcours accompagné par Emmy, animatrice de la Réserve Naturelle Nationale d’intérêt géologique du Lot.

 Détails : voir les Causseries n° 36 page 19.


Le  Dimanche 15 mai: Les Pans de Travassac. Cette sortie de l'après-midi, sera agrémentée d'une étude terrain sur une ancienne carrière à proximité de l'aéroport de Brive-Souillac.

EN VOICI LE COMPTE RENDU FAIT PAR NOTRE RÉFÉRENT ET AMI GUY CHANTEPIE

 Figures de courants jurassiques et remplissage karstique sidérolithique à Nespouls Figures de courants jurassiques et remplissage Il y a environ 200 millions d’années (fin du Trias), la région Limousin était une vaste surface aplanie (pénéplaine) résultat de l’arasement des reliefs de la chaîne hercynienne. Après quelques hésitations, une mer peu profonde envahit progressivement la région (transgression marine) et des dépôts sédimentaires marins viennent alors recouvrir en de nombreux endroits la pénéplaine au cours du Jurassique (à partir de 200 millions d’années). Lors de l’émersion à l’ère tertiaire, les formations calcaires sont dissoutes par place (karstifiées) et les produits de l’érosion des sols environnants s’accumulent dans les cavités ainsi créées. Description De l’érosion de la chaîne hercynienne aux limites du bassin aquitain.

Schistes ardoisiers de Travassac

Les schistes de Travassac - Donzenac - Allassac appartiennent à la série de Thiviers, qui se situe dans les niveaux stratigraphiquement les plus élevés de la série limousine.

Ce sont des métasédiments de la série de Donzenac, essentiellement des quartzites feldspathiques et des micaschistes à biotite.

À l’origine, il s’agit d’un complexe volcano-détritique caractérisé par une alternance de sédiments volcaniques acides, qui vont donner des quartzites, et de sédiments argileux qui donneront des argilites. (On parle de protolithe pour les roches d’origine)

L’ardoise est une roche sombre à grains fins, d’aspect satiné, de texture lépidoblastique (du gr. lepidos : écailles, et blastos : bourgeon), avec des minéraux brillants à peine visibles à l’oeil nu dans les plans de schistosité ; ce sont des micas blancs, comme la séricite. Elle se débite en feuillets réguliers grâce au clivage ardoisier parfait.

La carrière est toujours exploitée par la Société des Ardoisières Bugeat. L’ardoise qui en est extraite, exempte de pyrite, est une des plus résistantes à l’action du temps. Elle est toujours utilisée, en particulier dans le cadre de la restauration de monuments historiques tels le Mont-Saint-Michel et la cathédrale de Chartres. Dans les degrés de métamorphisme, nous nous trouvons là à la limite anchizone-épizone du métamorphisme du Bas Limousin, à la marge d’un ancien bassin sédimentaire, et/ou d’effondrement, continental. (Métamorphisme régional moyenne pression et moyenne température, d'âge dévonien)

Les dépôts d’origine de projections volcaniques rhyodacitiques, alternés avec des dépôts de sédiments terrigènes (surtout d’argile) ultérieurement remaniés et mélangés, se sont mis en place entre – 470 et – 440 Ma (Ordovicien). Le processus métamorphique a commencé vers – 410 Ma (Dévonien, début de l’orogenèse hercynienne). La schistosité est datée d’environ – 400 Ma.

La schistosité: lors de la sédimentation, une transformation purement mécanique s’effectue, la diagenèse : les vases accumulées sont compressées et l’eau qu’elles contenaient s’en échappe. Les fines particules qui les composent sont ensuite aplaties et orientées selon un même plan – un premier plan de schistosité, stratigraphique (S0) – perpendiculairement à la contrainte de la compression.

Dans la tectonique varisque, une plaque océanique est enfouie, par glissement d’ouest en est, entraînée par le manteau supérieur lithosphérique, en subduction sous une plaque continentale. Elle entraîne à sa suite une unité continentale, qui sera fortement écaillée et raccourcie, et finira par former le « prisme d’accrétion ». Au cours de son enfouissement, l’unité continentale écaillée subit des plissements majeurs et une compression considérable à l’origine d’une seconde schistosité (S1). Une transformation minéralogique se produit aussi du fait des températures et de la pression. L’argile compressée se transforme en schiste ardoisier. Les tufs rhyodacitiques sont à l’origine des quartzites, des roches sombres jamais litées, en bancs plurimétriques, avec quartz abondant, plagioclase, mica noir et orthose.

Les schistes de Travassac sont redressés à la verticale le long de la route ; leur orientation est N 140 E. les niveaux quartzeux inutilisables comme couverture des toits ont été laissés en place et constituent les morts-terrains appelés pans de Travassac. Cette disposition révèle ainsi une schistosité sub parallèle à la stratification.

Ces schistes noirs ont fait l'objet dans la région de nombreuses exploitations aujourd'hui fermées sauf à Travassac et Allassac (réouverture récente pour ce dernier site).

 

 

 

 

  

Les charnières de plis sont dessinées par la trace de l’ancienne stratification (marquée par alternance de rubans sombres [phyllades] et clairs [quartzeux]).

On a ici des plis isoclinaux (à flancs parallèles, sauf dans la zone de courbure), anisopaques (flancs amincis, charnières épaissies).

 

Des minéraux (phyllites) disposés parallèlement à l’axe des charnières des plis marquent la schistosité qui facilitera le clivage.

 

Le plissement est contemporain de la schistogenèse (pli synschisteux, P1 de la schistosité régionale).

 

Le fendeur « profite » de la schistosité

 

 

 


Date(s) : Dimanche 22 mai
Horaires : 13:45 / 16:00  - Durée : 02h00
 
Comment s'inscrire : Par email à contact@parc-causses-du-quercy.org ou par téléphone au 05.65.24.20.50
Inscription obligatoire : Oui
 
Courte présentation de l’événement : Pour la semaine du Géoparc Mondial UNESCO et pour les Journées Nationales de la géologie, découvrez le nouveau site aménagé de la Réserve naturelle nationale d’intérêt géologique du Lot.

Située sur la commune de Calvignac, intégrée dans une courte randonnée pédestre, cette coupe de référence géologique datant du Jurassique, témoigne du passage de la mer sur le territoire quercynois et nous dévoile fossiles, failles et autres murmure de pierres.
 
Organisé par : Parc naturel régional Géoparc mondial UNESCO causses du Quercy
Intervenant(s) : Thierry Pélissié, Emmy Martins
Accessible gratuitement : Oui

Tarifs si payant :
Public visé : Tout public
Accessible aux personnes à mobilité réduite : Non
 Information complémentaire :
 Lieu du RDV :  Parking du Rocher de la Baume - Départ du parking indiqué depuis l'entrée nord du village, sur la gauche en venant de la vallée du Lot





Dans la région du Minervois : la relation entre les terrains hercyniens de la Montagne Noire (versant sud) et les événements sédimentaires du début de l’ère tertiaire dans cette zone, par notre référent Jean-Luc Séverac.

Historique de Minerve : Musée de paléontologie et d’archéologie, Musée Hurepel (épopée cathare), Eglise Saint-Etienne (XIe siècle).

 

Date : 8 avril 2022